« Bernard Dargols, un GI français débarque à Omaha Beach » – Caroline Jolivet

dargolsLe récit d’un français ayant participé au débarquement de Normandie avec l’armée américaine en juin 1944. Plusieurs années d’interviews pour recueillir ses anecdotes et la correspondance datant de 1944 ont permis à sa petite-fille, Caroline Jolivet de reconstituer son parcours. Un livre passionnant et émouvant.
Grégoire Leménager a consacré un bel article à ce livre dans Le Nouvel Observateur :

Ces dernières années, Caroline Jolivet ne s’est donc pas contentée de répondre, avec une patience admirable, à toutes nos questions techniques sur le fonctionnement de BibliObs.com. Sans en dire un mot, elle s’employait aussi à interroger son grand-père, Bernard Dargols, pour l’aider à rassembler des souvenirs peu communs.

Par son truchement, ce fils d’un marchand de machines à coudre de la rue des Francs-Bourgeois raconte ainsi comment il s’est trouvé, en 1939, à New York, coupé de sa famille. Pendant que certains de ses membres étaient déportés par les nazis, il a réussi à s’engager dans l’armée américaine. Son éducation lui avait appris à être gentil avec les vieilles dames, on lui a collé un fusil M1 en guise de «best friend».

Il a fini par débarquer à Omaha Beach. C’était le 8 juin 1944, trois mille hommes venaient d’y être tués en deux jours, mais lui, à 24 ans, pensait «à quel point il aurait été stupide de mourir à cent mètres de la France». Plus tard, comme sa Jeep s’appelait «la Bastille», des Normands, ravis de tomber sur un GI parlant comme eux, lui ont offert «un calva qui fait soulever ton casque à trente centimètres au-dessus de la tête tellement il est fort». Ca le changeait des balles qui sifflaient encore dans le bocage.

Il paraît que Bernard Dargols n’aime pas qu’on le traite de héros. C’est bien la seule fois où, dans ce très beau témoignage, il se trompe.