« Un membre permanent de la famille » – Russell Banks, ed Actes Sud

banksIl n’est jamais facile de parler d’un recueil de nouvelles, parce que c’est un genre encore un peu boudé par la majorité des lecteurs. Et pourtant, lire des nouvelles peut procurer autant de plaisir que la lecture d’un pavé de 500 pages. C’est le cas pour ce recueil d’histoires de Russell Banks.

Russell Banks est un fervent admirateur de Raymond Carver, et cela se sent, car il utilise le genre de la nouvelle de la même manière : il prend des instantanés de la vie courante et les transforme en histoire courte. Le but est à chaque fois le même, saisir un instant de la vie des gens, qui les a fait, pour une raison ou une autre, basculer vers une autre vie ou une autre approche de la vie. Ou bien tout simplement des moments forts vécus par le héros ou l’héroïne de la nouvelle, et qui resteront gravés à jamais dans leur mémoire. C’est le cas par exemple de la nouvelle intitulée « Blue », dans laquelle Verdana, une femme noire qui est partie avec toutes ses économies cachées dans son soutien-gorge pour s’acheter une voiture, se fait enfermer dans le garage avec un énorme pitbull qui la traque.  C’est aussi le cas pour « Un membre permanent de la famille », l’histoire d’un chien qui…mais je ne vous en dit pas plus !

Russell Banks s’intéresse comme dans ses romans aux petites gens et à la vie quotidienne de ses personnages. Il y a toujours une réalité sociale mise en forme de manière romanesque mais réaliste, et dont le but est de montrer comment on vit, pense, agit aux Etats-Unis aujourd’hui dans la vie de tous les jours.

Voici donc un bon recueil dont la lecture ne vous laissera pas indifférent. Et si vous n’avez jamais lu Russell Banks, je vous conseille également de lire « Affliction », ou « Lointain souvenir de la peau », ou encore « De beaux lendemains ».