"Discordance", d’Anna Jorgensdotter, ed JCLattes, août 2012

Couverture - Discordance

Quel titre bizarre pour un roman aussi sublime !

De 1938 à l’après-guerre, la romancière suédoise raconte la destinée de cinq personnages (deux frères, trois soeurs), dans une petite communauté suédoise au pied du mont Kunsberg.

Juste un tout petit extrait, pour vous donner envie :

Karin s’assoitau milieu de la compagnie, retrousse les manches de son chemisier, c’est fou le talent de conteuse qu’elle a, Karin. “Il était une fois un bateau qui était parti chercher la vérité. Mais plus il s’en approchait, plus il se perdait dans la brume. Le bateau essuya une tempête, chavira et heurta un récif. Seuls des débris revinrent s’échouer sur la grève. Sur l’un des morceaux de planches était écrit : SINCÉRITÉ. C’était le nom du bateau.” Les homme éclatent d’un rire indulgent (et peut-être un brin perplexe). (…) La morale, c’est que la curiosité ne conduit pas où on veut aller, mais à l’opposé, explique Karin. Tant qu’on navigue avec sincérité dans la vie, tout va bien. Mais sitôt qu’on exige la vérité, on capote.”

Un coup de coeur cinq étoiles.

Les commentaires sont fermés, mais les retroliens et les pings sont ouverts.